AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Navigation

       

pagerank
Histoire d'une fin annoncée
Mar 16 Mar - 17:56 par JustMax
Beaucoup s'en doutent depuis un bon moment.
D'autres se le cachaient pour y croire encore.

On a tenté plusieurs manoeuvre de réanimation?
Massage cardiaque, insufflation, et autre tripotage peu courtois.

Rien n'y a fait.

On s'est fait beaucoup de mal ces derniers temps.
Beaucoup de mal a s'acharner.

Le concept de Munuroe avait un potentiel, mais nous, avions nous vraiment la compétence pour …

Commentaires: 0
La chronique du Dr CPJ - C'estPasJust, chronique informative et politiquement incorrect.
Mar 8 Déc - 21:18 par Dr CPJ
Je repensais à ce que quelqu'un nous a dit en claquant la porte. D'ailleurs, un écho s'est glissé par la fenêtre après son départ en haussant les épaules et en dandinant du cul : Nous sommes fragiles et vacillants comme la flamme d'une bougie, trop instables pour qu'on y consacre son énergie créatrice.
C'est difficile de répondre à un écho. ça vient de loin, c'est aussi franc qu'un âne qui …

Commentaires: 3
Derniers sujets
» Postulation pour la béta
Ven 31 Aoû - 12:14 par Themis

» salle @
Lun 29 Mar - 21:14 par pilote

» Couloirs et ascenceurs
Lun 29 Mar - 21:09 par un autre alien

» la cage
Dim 28 Mar - 22:21 par Diablotor

» salle#
Sam 27 Mar - 19:46 par Alianae

» Et le voyage se poursuit.....
Sam 27 Mar - 15:06 par JustMatie

» HRP de l'anim
Ven 26 Mar - 15:10 par Charlie Vicker

» Le bloc opératoire
Ven 26 Mar - 13:01 par Une alienette


 

 Sous les pavés (ouvert)

Message Auteur
MessageSujet: Sous les pavés (ouvert)   Mer 8 Juil - 23:09

C’est un peu la panique là, tout le monde se barre ? Ça coure, ça galope, et moi je fais quoi, je suis le troupeau, je bêle et je fais le mouton ? Non, pas moi, on me piquera pas ma liberté, et si je dois survivre ce sera comme d’habitude, seul.
Je vois la fumée au loin, j’entends les gens qui parlent, ceux qui ont vu, ceux qui ont cru voir et puis, il y a ceux qui crient, ceux qui hurlent la mort, le fléau, la fin du monde. Manque plus que le type avec sa cloche et sa pancarte sur la poitrine, l’annonciateur, je crois que c’est comme ça qu’on l’appelle.

Question de survie, l’instinct rivé aux tripes, je me jette dans une bouche d’égout. Je sais pas pourquoi, mais sur le coup ça m’a paru une bonne idée. Les bas fonds, sous la ville à l’abri des fumées, ça peut être une bonne planque et puis, je connais ça les bas fonds, mon domaine, mon enfance, c’est la que je vais, c’est la que je retourne.
Je cavale dans les flaques, les boues sales, les déjections de la société. Je fais avec, je fonce, plus le temps de se poser des questions sur la qualité du pavé et si la merde dans laquelle j’ai posé le pied, va me porter bonheur. Le bonheur ça s’étudiera plus tard, quand j’aurais trouvé ce que je cherche, un abri au plus profond du ventre de la ville.

Enfin l’escalier qui s’enfonce dans les intestins de Lonedonne.
Encore quelques mètres et je serai tranquille, j’espère, j’en sais rien, je sais pas ce qui se passe, juste ces paroles qui résonnent encore dans ma tête et l’affolement, alors je continue, mais je marche maintenant, je sais que je trouverais de quoi survivre, seul.

J’entre dans ce bouge souterrain, cette taverne bâtie sous les pavés de la ville.
Vide, pas un chat, mais des rats. Au moins, j’aurai de quoi bouffer. Et pis, de quoi boire.
Je suis seul sous une ville qui bouillonne, mais d’ici, là en dessous, on n’entend rien, terminé le brouhaha.
Je prends du vin et je m’installe à une table, que faire d’autre.
Attendre, et boire, être ivre pour ne pas penser.
Alors je bois.


_________________
http://mots-d-ailleurs.jdrforum.com/
Arlequin

avatar

Masculin Age : 40
Gang : Les Paillard du désert
Race : Zumain
Date d'inscription : 17/07/2008

Nombre de messages : 1108


Feuille de personnage
Caractère:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sous les pavés (ouvert)   Dim 19 Juil - 2:09

Les égouts, j'aime pas ça. Mais il a insisté pour qu'on y descende.
Je remet la plaque d'égout en place au dessus de nos têtes. Il faut dire au revoir à la lumière du jour.
Ça me fait un pincement au cœur et une nausée... ah non, ça c'est l'odeur. Mais on respire quand même mieux ici que dehors.
Mes yeux coulent encore un peu, mais ma gorge me fait moins mal.

Quand à Soleil, il a fini de perdre tous ses poils.
Ça fait drôle cette peau toute nue, rose et plissée. C'est dommage qu'il ai perdu tout son beau pelage blanc, mais il dégage toujours cette chaleur, la même qu'il me donnais dans ma cellule humide du labo.
En échange, je prend soin de lui, je le garde tout contre moi quand il a froid et je le soigne quand il a mal. Il a l'air d'aller mieux déjà, mais de temps en temps, il penche la tête sur le côté et me regarde avec ses petits yeux plissés. Je ne sais pas ce qu'il a, mais lui non plus ne sait pas trop. J'espère qu'il n'est pas trop malade.

C'est froid et humide ici. Et je ne peux pas allumer la lumière. En fait, c'est un peu comme au labo, mais sans docteur et sans barreaux... et sans Papi non plus.
Et Vladi, et Vil, et Patron, Xellecia (elle aussi me manque peu, même si elle me faisait un peu peur à la fin) et tous ceux que j'ai rencontré à l'extérieur. J'ai eu de la chance.
Peut-être que j'en aurais encore, je pense être quelqu'un de plutôt chanceux, même aujourd'hui. J'ai retrouvé le lapin et le soleil s'est levé, aujourd'hui... dehors. Peut-être qu'il s'y lèvera encore demain, même si je ne le vois pas.
En attendant, Soleil porte bien son nom. C'est lui qui me réchauffera dans cette obscurité.

Il n'y a plus rien ici, à peine le bruissement pâteux de l'eau puante et quelques galopades de rat. Je ne peux pas très bien me voir. C'est au touché que j'enlève la poussière de mes cheveux et de sur ma peau qui redevient douce une fois le sable ôté. Pendant ce temps, le lapin s'ébroue et ça me fait sourire. Désormais, il n'y aura que lui. J'ai beaucoup de chance de l'avoir avec moi, mon précieux ami.

Le temps que mes yeux endolories s'habituent un peu mieux à l'obscurité et nous avançons. Parce que c'est en marchant qu'on arrive quelque part, vers quelque chose. Qui sait, peut-être qu'on trouvera un interrupteur ou une veilleuse, à défaut du jour. Ou peut-être juste un coin un petit peu moins humide, pour s'assoir ailleurs que dans une flaque.

Après avoir marché un certain temps, je trouve des escaliers. A mes pieds, Soleil s'ébroue encore. Je le prend dans mes bras avant de descendre. Allons voir ce qu'il y a par là.

Il y a quelqu'un

Je m'arrête net et écoute.
Puis, hésitante, un pas, deux pas, deux et demi, et j'appelle :

-Il y a quelqu'un ?
Lorraine

avatar

Féminin Age : 30
Gang : au chômage
Race : elfe de laboratoire
Date d'inscription : 23/08/2008

Nombre de messages : 349


Feuille de personnage
Caractère:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
 

Sous les pavés (ouvert)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Munuroë ::  :: Bibliothèque :: Munuroë V1 :: Un pas après l’autre, une histoire s’écrit... - RP :: Sur les pavés de Lonedonne -