AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Navigation

       

pagerank
Histoire d'une fin annoncée
Mar 16 Mar - 17:56 par JustMax
Beaucoup s'en doutent depuis un bon moment.
D'autres se le cachaient pour y croire encore.

On a tenté plusieurs manoeuvre de réanimation?
Massage cardiaque, insufflation, et autre tripotage peu courtois.

Rien n'y a fait.

On s'est fait beaucoup de mal ces derniers temps.
Beaucoup de mal a s'acharner.

Le concept de Munuroe avait un potentiel, mais nous, avions nous vraiment la compétence pour …

Commentaires: 0
La chronique du Dr CPJ - C'estPasJust, chronique informative et politiquement incorrect.
Mar 8 Déc - 21:18 par Dr CPJ
Je repensais à ce que quelqu'un nous a dit en claquant la porte. D'ailleurs, un écho s'est glissé par la fenêtre après son départ en haussant les épaules et en dandinant du cul : Nous sommes fragiles et vacillants comme la flamme d'une bougie, trop instables pour qu'on y consacre son énergie créatrice.
C'est difficile de répondre à un écho. ça vient de loin, c'est aussi franc qu'un âne qui …

Commentaires: 3
Derniers sujets
» salle @
Lun 29 Mar - 21:14 par pilote

» Couloirs et ascenceurs
Lun 29 Mar - 21:09 par un autre alien

» la cage
Dim 28 Mar - 22:21 par Diablotor

» salle#
Sam 27 Mar - 19:46 par Alianae

» Et le voyage se poursuit.....
Sam 27 Mar - 15:06 par JustMatie

» HRP de l'anim
Ven 26 Mar - 15:10 par Charlie Vicker

» Le bloc opératoire
Ven 26 Mar - 13:01 par Une alienette

» la salle sous la trappe
Ven 26 Mar - 12:49 par Une alienette


 

 Rien qu'une gosse des rues

Message Auteur
MessageSujet: Rien qu'une gosse des rues   Jeu 8 Jan - 13:51

Je suis Anthrope, la Miss Anthrope.
Fille d’un Mister Phil Anthrope et d’une Miss O’Jean, ça ne s’invente pas. Ou presque pas …

Mon père ah ça pour sûr portait bien son nom car il était cureton. Il aimait ses ouailles ça oui ! En tant que bon curé de paroisse, il prêchait à qui voulait l’entendre la bonne parole.
Amen !

Ma mère, elle, était une très jolie femme, à la cuisse dodue et à la bonté généreuse. Très pieuse bien sûr, très croyante également, enfin croyant surtout que la générosité passait d’abord par un sonnage de cloches de feu mon papa derrière l’église.
Amen !

C’est par cet acte sacro-saint d’amour furtif d’après-messe, que je naquis à la grande surprise de mon père qui croyait que pêcher derrière l’église n’avait finalement rien de bien blasphématoire. Après tout un curé c’est un homme et un homme ça a des envies à assouvir.
Amen !

Ma mère était pauvre et mon père se moquait royalement de la progéniture qu’il avait engendrée.
C’est ainsi que je devins une gosse des rues. C’pas ma faute à moi !

Mon enfance, d’après les récits de pépé la moulinette, vieux clochard que ma mère avait pris en amitié mais aussi comme nounou alors qu’elle allait je ne sais où faire je ne sais quoi, donc mon enfance était houleuse. Aux dires de pépé j’étais déjà une teigne. Mon premier mot fut, d’après ses propres termes, « ta gueule ! ».
J’avoue ne pas avoir de souvenirs de cette époque, enfin le seul qui me revient était la fois où j’ai vu pépé la moulinette qui me faisait un grand sourire, la mâchoire édentée, une dent présente tous les deux centimètres. Erk !

En grandissant la rue est devenue mon terrain de jeux. Ma cour de récré. Mon terrain de castagne préféré.
Sur les passants je jetai des cailloux, cachée derrière une poubelle.
Aux chiens je courrai après pour jouer à « tire-moustaches ».
Bref toujours aussi teigne.
C’pas ma faute hein … j’suis juste une gosse des rues.

En grandissant j’ai tissé des amitiés, je me suis rapprochée de ceux qui sont comme moi, des gosses de rues. C’pas not’ faute hein !
C’est ainsi que depuis pas mal de temps je vis à la Cour des Miracles.

Je suis la Miss Anthrope.
Et j’aime pas les gens. Enfin un peu quand même quoi …
Enfin ceux que je veux.
J’fais la dure … mais au fond … là … en dessous … y a un cœur quand même.
Mais chut ! Faites comme si je vous ai rien dit.
Miss Anthrope

avatar

Féminin Age : 37
Gang : ... Alone ...
Race : Zumaine cleptomane
Date d'inscription : 15/12/2008

Nombre de messages : 1967


Feuille de personnage
Caractère:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rien qu'une gosse des rues   Jeu 5 Fév - 14:03

Seize ans …
C’est l’âge des premières découvertes, des premiers émois et des premiers déboires.

Moi, à seize ans, je suis tombée amoureuse d’un homme qui allait marquer ma vie à jamais. Et quand je dis "marquer" je choisis le bon mot.

Cet âge marque la fin de l’adolescence chez certains et, pour d’autres, le début. Pour moi c’était surtout le moment où j’ai dû vraiment apprendre à me débrouiller seule.

Le vieux qui me servait de nounou, de guide, de chaperon bref mon vieux est mort, là, dans une rue sombre.
On l’a retrouvé tout raide comme un glaçon. Il était chiant et rabat-joie mais quand je l’ai vu là tout bleu du visage et bien ça m’a mis un coup, là, sous la poitrine au niveau du cœur. J’ai pas pleuré ! Enfin pas là dans la rue. Ne jamais montrer ses faiblesses qu’il disait. Oui pépé que je lui répondais. Mais là il me répondra plus jamais …

Alors à partir de là j’me suis débrouillée toute seule. Je squattais à droite à gauche chez certaines connaissances qui voulaient bien m’abriter une nuit ou deux. Pour manger je faisais comme d’habitude, j’quémandais aux gens dans la rue ou alors je farfouillais les poubelles. Bref j’faisais comme je pouvais.

Et un jour, je l’ai rencontré. Celui qui allait prendre une place importante dans ma vie.

Il avait deux ans de plus que moi, des yeux à faire tomber n’importe quelle greluche, moi y compris, et était taillé comme un sacré malfrat. Il avait cet air mystérieux. Air qui me fera toujours craquer …

J’étais dans la grande rue bondée de monde et lui courrait comme un dératé les bras remplis de sacs qui ne devaient pas sortir d’un magasin de bonbons. Il ne m’a pas vue et m’a foncé dedans, me faisant chuter sous l’impact de la rencontre. Il aurait pu continuer sa course mais, après un regard derrière lui et un autre sur moi, il ne courait plus.
Excuses bidon, il me relève et me souris. Bien sûr je lui souris.

Et me voilà embarquée dans sa vie et dans son tourbillon.
J’étais jeune …
Miss Anthrope

avatar

Féminin Age : 37
Gang : ... Alone ...
Race : Zumaine cleptomane
Date d'inscription : 15/12/2008

Nombre de messages : 1967


Feuille de personnage
Caractère:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rien qu'une gosse des rues   Mar 17 Fév - 13:50

Certains disent que les mots peuvent blesser plus que les maux.
Et bien moi je réponds que ceux là ne connaissent pas leur bonheur.

La première gifle je me la suis prise en pleine figure. Bien concrète, bien mordante. Cinglante comme une lame chauffée à blanc. Il l’a laissée partir et ensuite s’en est voulu. Alors j’ai passé. Une fois. Deux fois. Toujours.
La première elle vous reste gravée dans la mémoire et dans l’âme. La première vous marque comme un esclave est marqué au fer rouge. La première appelle toujours une seconde puis une troisième …

Il était tard ce soir là et nous étions au campement tzigane à la sortie de la ville. C’était auprès de ces gens que nous vivions la nuit venue. Ils nous offraient le gîte, la nourriture et un peu de leur joie de vivre. Moi j’aidais les femmes à la cuisine, cliché pathétique, et lui faisait le mariole avec les gars sur le terrain vague. Moi j’étais fière d’avoir réussi à me débrouiller seule après la mort de pépé.
J’avais trouvé l’homme de ma vie c’était sûr et nous vivions comme des bohèmes de ci de là. En plus ses yeux … ahh ses yeux … j’étais totalement dingue de lui et lui dingue de moi. Je voyais bien les œillades qu’il me lançait quand il était là avec les autres et que moi j’étais un peu plus loin de lui. Œillades que j’ai prises tout d’abord pour des regards coquins mais je ne me rendais pas compte qu’il me surveillait en fait.

La jalousie d’un homme. Les femmes aiment que leur homme soit jaloux. Moi c’était ma hantise.
A chaque regard d’un autre sur moi et bien je sentais le sien encore plus lourd de menaces. A chaque geste anodin d’un autre envers moi et le voici qu’il s’approchait à pas non dissimulés. Pas de mots. Pas besoin. Je savais qu’une autre partirait ce soir quand nous serions seuls. Et je savais aussi que c’était ma faute. Ça il me l’a bien ancré dans ma p’tite tête. C'est à cause de moi si ma peau pâle et mes cheveux à la couleur du sucre tout doux attirent les regards.
Et à chaque fois c’était pareil. La morsure du poing dans le ventre car à la longue il savait où frapper. Dans le ventre ou le dos pour que ça rentre mieux dans ma tête mais aussi pour que personne ne voie les marques. C’est un secret qu’il disait. C’est notre secret ma puce. Et c’est ta faute aussi Anthrope ! qu’il me disait après en me câlinant alors que mes yeux hurlaient de douleur et de fureur. Oui c’est ta faute ma puce !
Et la brûlure des hématomes le lendemain. Et je ne disais rien … Bien sûr que c’est ma faute. C’est à cause de moi qu’ils me regardent comme ça. Mais lui il m’aime. Et moi aussi je l’aime. C’est pour moi qu’il fait ça. Et puis après je suis bien dans ses bras. Il me câline comme une enfant. Me berce et chantonne. Pour me calmer. Pour le calmer. Et je l’aimais pour ça moi et je subissais aussi, me disant que c’était pour mon bien et qu’après il arrêterait …
Miss Anthrope

avatar

Féminin Age : 37
Gang : ... Alone ...
Race : Zumaine cleptomane
Date d'inscription : 15/12/2008

Nombre de messages : 1967


Feuille de personnage
Caractère:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rien qu'une gosse des rues   Mer 25 Fév - 18:31

Y a pas à dire, je l’avais dans la peau. Et lui aussi en utilisant les mêmes mots mais placés autrement. Je devrais plutôt dire que lui avait ma peau.
Il se l’était appropriée et avait marqué son terrain. Les couleurs fleurissaient là où d’autres ne pouvaient pas voir. Noir, Violet, bleu, rouge, rose, vert, jaune. Bref un ballet de milles et une couleurs. Un vrai arc-en-ciel.
Sauf que l’arc-en-ciel réel, le vrai, celui qu’on rêve d’effleurer ou encore de marcher dessus ben celui-là ne fait pas mal. Le mien quand on le touche il me fait hurler de douleur et de rage.

Je ne sais plus combien de temps ça a duré mais ce qui est sûr c’est que je me disais que c’était normal qu’il réagisse ainsi. En plus à chaque fois j’avais droit à ce qu’il me prenne dans ses bras et qu’il me murmure des mots doux. Sa puce que j’étais. Et moi je gardais cette partie d’amour et tentais d’oublier la douleur qui venait toujours avant.

Mais la vie est bien revancharde.
Mes yeux se sont finalement ouverts.
J’ai tenté de supporter ses coups mais au bout d’un moment j’ai basculé.

Un soir alors que les coups ont été trop loin, alors que ma lèvre perlait de mon propre sang (encore une chute bien sûr ... maladroite que je suis ! toujours les mêmes mensonges), alors que mes yeux ne hurlaient plus à cause de l’habitude, un soir donc j’ai décidé de changer la donne.
De mon coin où je me recroquevillais toujours et où il me rejoignait, de ce coin je l’ai regardé s’assoupir. Comme une automate je me suis levée et, d’un revers du coude, j’ai essuyé la larme de sang sur ma lèvre. La douleur, fulgurante à la base de ma nuque, encore une marque qui restera à vie sur ma peau. Je me suis dirigée vers la cuisine et j’ai rempli un verre, son verre habituel, de whisky. J’ai ouvert la petite boîte cachée sous l’évier et j’en ai sorti un petit sachet. Je l’ai ouvert et en ai versé le contenu dans le liquide ambré. Et je l’ai rejoins, comme toujours.
Il a dû boire. Sûrement. Je m’étais endormie à côté de lui et maintenant c’est lui qui dort … à jamais.

Moi la vie elle m’a éprouvée. Mais j’ai décidé de ne plus me laisser faire.
Je l’aimais.
C’est dur à dire mais je l’aimais … et je l’ai tué. J’ai tué mon amour et je me suis enfuie. Je suis partie et j’ai couru dans toutes les directions.
J’ai pourtant essayé de supporter mais j’ai pas réussi. Les coups ont eu raison de lui. La puce s’est libérée de son emprise. Que l’on ne m’appelle plus jamais ma puce !!!!!
Désormais JE choisis qui me touche.
Désormais JE choisis qui j’embrasse.
Désormais JE choisis comment vivre ma vie.
Et j’ai décidé que j’irai toucher l’arc-en-ciel aux milles couleurs et que j’irai danser dessus …
Miss Anthrope

avatar

Féminin Age : 37
Gang : ... Alone ...
Race : Zumaine cleptomane
Date d'inscription : 15/12/2008

Nombre de messages : 1967


Feuille de personnage
Caractère:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rien qu'une gosse des rues   

Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Rien qu'une gosse des rues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Munuroë ::  :: Bibliothèque :: Munuroë V1 :: Au commencement il y eut les dieux, et puis… - RP :: Autour des personnages... -