AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Navigation

       

pagerank
Histoire d'une fin annoncée
Mar 16 Mar - 17:56 par JustMax
Beaucoup s'en doutent depuis un bon moment.
D'autres se le cachaient pour y croire encore.

On a tenté plusieurs manoeuvre de réanimation?
Massage cardiaque, insufflation, et autre tripotage peu courtois.

Rien n'y a fait.

On s'est fait beaucoup de mal ces derniers temps.
Beaucoup de mal a s'acharner.

Le concept de Munuroe avait un potentiel, mais nous, avions nous vraiment la compétence pour …

Commentaires: 0
La chronique du Dr CPJ - C'estPasJust, chronique informative et politiquement incorrect.
Mar 8 Déc - 21:18 par Dr CPJ
Je repensais à ce que quelqu'un nous a dit en claquant la porte. D'ailleurs, un écho s'est glissé par la fenêtre après son départ en haussant les épaules et en dandinant du cul : Nous sommes fragiles et vacillants comme la flamme d'une bougie, trop instables pour qu'on y consacre son énergie créatrice.
C'est difficile de répondre à un écho. ça vient de loin, c'est aussi franc qu'un âne qui …

Commentaires: 3
Derniers sujets
» Postulation pour la béta
Ven 31 Aoû - 12:14 par Themis

» salle @
Lun 29 Mar - 21:14 par pilote

» Couloirs et ascenceurs
Lun 29 Mar - 21:09 par un autre alien

» la cage
Dim 28 Mar - 22:21 par Diablotor

» salle#
Sam 27 Mar - 19:46 par Alianae

» Et le voyage se poursuit.....
Sam 27 Mar - 15:06 par JustMatie

» HRP de l'anim
Ven 26 Mar - 15:10 par Charlie Vicker

» Le bloc opératoire
Ven 26 Mar - 13:01 par Une alienette


 

 Une drole d'impression ! [Réservé]

Message Auteur
MessageSujet: Une drole d'impression ! [Réservé]   Ven 3 Avr - 13:22

Combien de temps cela faisait-il ? Voila la question qu'Alwena se posait ces derniers temps.

Elle avait beaucoup voyagé et durant ses escapades, beaucoup de rencontres se firent, ainsi que beaucoup d'événements : de l'amour, de la souffrance, de l'amitié, de la trahison, de la colère... ces sentiments si anodins avaient fini par croiser son chemin.

Elle se rappelait la petite fille qu'elle était, obéissante, prête à tout pour recevoir l'amour de cette femme mais voila au fil du temps des révélations se sont faites, des divergences ont grandi et se sont affrontées pour laisser des cris, des pleurs, de la colère...

Alwena ne voulait en aucun cas finir comme le souhaitaient les personnes qui l'avaient entourée durant son enfance, laissant la folie l'emporter sur la raison. Elle permit aux passions qui la dévoraient de s'exprimer mais toujours cette limite qu'elle ne voulait atteindre par peur ou par loyauté...

Cela faisait un moment qu'elle était arrivé sur ces terres, elle pensait qu'un nouveau sol, des nouvelles rencontres, cela ferait taire les cris de son cœur.
Mais elle errait dans ces rues depuis bien trop longtemps, la douleur ne faisait qu'amplifier au fil des heures. Elle restait de marbre face aux tripoteurs de fesses, face aux voyous qui la détroussaient du peu de richesse qu'elle possédait... la luxure, cela aussi l'ennuyait !
Elle se laissa aller telle une vagabonde, elle avait l'impression de faire de plus en plus partie du décor, peut être une fenêtre, un mur... elle ne s'avait ce qu'elle pouvait être dans ce décor.

Elle ne faisait qu'observer les gens qui passaient autour d'elle, elle ne tendait point la main pour qu'on la remarque. Elle écoutait les histoires de certains, les rires des autres et parfois elle osait se montrer pour finalement retourner dans ce décor qui était devenu sa nouvelle demeure.

Les personnes qui l'entouraient, avaient tous une histoire... sa curiosité de connaitre ces gens était toujours là mais à quoi bon lutter, elle se sentait dépérir, son âme était peut être déjà partie, à moins qu'elle se débattait contre l'absurdité qu'elle avait rencontré...

Elle aimait ce coin sombre, et éloigné : les égouts devenus un lieu de repos pour elle, un lieu où elle se sentait libre de se laisser aller. Elle avait pris l'habitude de s'y rendre quotidiennement, de rester dans un coin à fredonner un air qui la soulageait, de patauger dans cette eau lorsqu'elle était trop épuisée pour distinguer le chemin...

Mais même ce lieu ne voulait plus d'elle, à moins que ce ne soit elle qui s'ennuyait de cet endroit !

Elle était assise dans un coin de rue, elle entendait les pas de certains, les voix des autres... puis parfois le silence.

Elle laissa son regard se fixer sur un objet invisible et s'envoutant elle-même, elle permit ainsi aux souvenirs des plus doux au plus cruels de refaire surface.
Les souvenirs ! Ces moments précieux que l'on garde au fond de la mémoire, dont il y en a qu'on ne voudrait jamais oublier et d'autres qu'on aimerait effacer à tout jamais de la mémoire mais la conscience aime nous jouer de ces tours, que lorsqu'on s'y attend le moins. Ce qu'on pensait avoir enterré et qu'on ne reverrait plus jamais : oui, ces souvenirs, ils reviennent comme par enchantement ! Comme s'ils savaient que c'était le moment...
On a l'impression qu'ils attendaient ce moment avec impatience, comme pour se venger d'être délaissés ou d'être ainsi oubliés alors qu'ils ne veulent que survivre tout comme nous.

Voila les pensées qui tourmentaient Alwena. Etait-ce son heure ? Etait-ce le jour du jugement ? Le purgatoire comme elle semblait tant redoutée depuis qu'elle avait quitté sa terre natale. Ou était-ce la déprime du moment… cette déprime qui donne l’impression qu’on n’a plus rien à faire ici !
Le regard vide, elle ne voulait pas se souvenir, elle n'était pas prête à affronter ses choix qu'elle avait pu faire. Elle secoua la tête en la protégeant de ses mains mais rien n'y faisait, c'était encré en elle, et elle ne pouvait plus les contenir.
Le regret ! Non elle ne regrettait rien à part d'être si faible, si humaine... On lui avait tout enseigné mais on avait oblitéré de lui faire savoir que ce monde regorgeait de péchés qui vous tendent les mains et qu'il ne faut point s'y aventurer sans en subir les conséquences.

Ces péchés qui sont si beau et clairvoyant comme un trésor qu'on voudrait possédait, comme un lac dont l'eau est si claire qu'on voudrait s'y aventurer... elle n'était loin de se douter que les péchés avaient différentes facettes et que lorsqu'ils vinrent à elle, elle n'avait point fermé la porte mais bien au contraire, elle avait l'intuition de les avoir invités.
Elle ne pensait pas qu'en savourant une partie de ces péchés, cela détruirait sa vie petit à petit... non, personne ne lui avait enseignée cela, ni une mise en garde. Peut être que c'était pour cela, peut être qu'on voulait la tester, ou bien au contraire on voulait qu'elle subisse cela car elle le méritait... peut être était-ce elle ! Ou lui alors !

Elle se mordît la lèvre pour s'empêcher de crier sa fureur, sa tristesse... non ce n'était pas possible, pas eux !

Elle se rappelait une fois avoir quitté sa terre natale, elle fit abstraction de tout pour ne garder que la folie et la passion...
Elles étaient son seul pilier pour survivre dans ce monde mais le pilier commençait à se briser au fil des voyages, au fil des rencontres.

Ces terres qu'elle venait de fouler, lui avait permis un nouveau souffle, une nouvelle étincelle de vie mais la cruauté fit que ceci n'était qu'une pure illusion. Pourrie de l'intérieur ?...
Elle était restée dans sa méfiance, sa souffrance, jamais elle n'avait tendu sa main vers autrui, jamais elle n'avait osé pleurer sur l'épaule d'une personne qui aurait vu à travers ce sourire de la tristesse qui tel un poison se faufiler dans chaque partie de son corps pour la détruire de l'intérieur.

Ce poison avait eu raison de ce pilier, elle ne pouvait plus lutter...

Une pluie fine se fit sentir, ses pensées cessèrent, elle leva la tête en apercevant les quelques gouttes d'eau qui lui tombaient dessus. Voyait-elle vraiment ces gouttes ou les imaginait-elle ?

A ce qu'il parait la pluie serait une sorte de remèdes : laver tous les soucis, toutes les peines pour les faire évacuer on ne sait où.

Cette pluie ne faisait rien, elle ne sentait que des larmes coulaient mais elle n'y prêta guère attention car cette pluie la brûlait...
Oui sa peau s'enflammait en sentant ces gouttes d'eau qui s'infiltrait en elle, elle ne put s'empêcher de rire de bon cœur. Elle avait si mal et pourtant, elle en riait...

Puis le silence ce fit, laissant la pluie chanter une douce harmonie avec les éléments qui l'entouraient, la tête d'Alwena se posa contre ses jambes repliées contre elle.

Elle était trempée jusqu'aux os mais elle ne chercha point d'abri.

Elle laissait cette pluie la consumer, en espérant que lorsque celle-ci cesserait, un temps nouveau se dessinerait face à elle.

Ses paupières se fermèrent...
Alwena

avatar

Féminin Age : 33
Gang : Temple des Geishas
Race : Humaine
Date d'inscription : 15/01/2009

Nombre de messages : 120


Feuille de personnage
Caractère:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
 

Une drole d'impression ! [Réservé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Munuroë ::  :: Bibliothèque :: Munuroë V1 :: Un pas après l’autre, une histoire s’écrit... - RP :: Sur les pavés de Lonedonne -